6 milliards d’autres

Sur une durée de 4 ans, 6 reporters ont réalisé plus de 5000 interviews dans 43 langues. Les 40 questions posées étaient reprises personne par personne, et forment un tout de 3500 heures filmées dans 75 langues. À quel but? Il s’agit d’un projet de Yann Arthus-Bertrand avec l’association GoodPlanet.

Le réalisateur de l’exposition La Terre vue du Ciel  se trouve pendant son expédition, plongé dans un questionnement sur les visages, les hommes et femmes en dessous de lui. La valeur que l’on trouve dans cette exposition est sans doute la capacité de Arthus-Bertrand de partir d’un souci personnel, qui démarra lors d’une conversation coeur à coeur avec un paysan au Mali, pour en réaliser une oeuvre pouvant s’affirmer comme ayant une portée universelle.

Les motivations de cette entreprise vont bien au-delà de la simple curiosité de cet homme, son équipe, et ceux qui la soutiennent. Il s’agit d’une analyse précise du résultat humain de l’évolution de notre planète. Indigné par un constat qu’il juge “sidérant”, Yann Arthus-Bertrand prétend comprendre le paradoxe d’une société débordée de moyens de communication, d’information, de circulation, où nous connaissons pourtant “toujours aussi peu nos voisins”. Plus que de connaître, la nécessité de comprendre l’Autre se pose comme une réelle nécessité pour affronter les défis de nos sociétés. La pauvreté, le changement climatique, ne seront pas vaincus à chacun de nous, seul et séparemment.

Ce projet, la coopération continue dont il fait résulte, montrent sans doute qu’il nous est désormais impossible d’ignorer ce qui nous lie aux autres, afin entamer un développement durable à l’échelle globale. C’est un projet qui a su faire revivre l’intérêt pour l’Autre, avec une incitation à agir et prendre place dans une sphère plus large. En montrant comment ce projet concerne chacun d’entre nous, Yann Arthus-Bertrand et son équipe, sont parvenus à multiplier les rencontres, afin que plus de 5000 personnes rajoutent leur témoignage. 6 milliards d’Autres a été exposé au Grand Palais à Paris du 10 janvier au 12 février 2009. L’exposition se déplace dans les mois qui suivent.

Sofía MADURO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s