Lorsque râler devient une habitude !

Par Sandro Martin

 

Chers amis, lointains ou très proches,

Cette fois-ci je m’adresse à vous car vous êtes dans mon langage gaucho-huma-catastro-populiste « mon terrain de bataille le plus proche. » Je ne cesse de râler sur le monde qui m’entoure mais encore une fois j’ai bien des raisons.

Depuis le fin fond de mon ignorance – celle qui m’envahit lorsque je rentre dans une bibliothèque et que je réalise à quel point la fierté intellectuelle doit être remplacée par la honte de celui qui prétendait savoir – je me révolte et je dénonce. Je voudrais commencer par les incidents (déjà oubliés) qui révoltèrent bon nombre d’entre nous, ceux du centre ville de Poitiers. Je veux accuser ceux qui s’acharnent sur les dommages causés aux personnes qui étaient présentes (« même un petit garçon ! »), les petits commerces et le baptistère. Oui, c’est vrai, malheureusement il y a eût de vraies victimes. Des victimes de la violence urbaine, de quelques exaltés sans raison ( ni cœur si vous me l’acceptez). Mais, en se promenant aux alentours du centre-ville n’avez vous pas remarqué « les objectifs » des casseurs ? Toutes les banques, assurances privées, ou autres enseignes commerciales ? Et oui, c’est facile de s’en prendre à cette violence qui nous interpelle, certes, nous tous (des verres cassés c’est comme même anormal dans l’Histoire de l’Humanité !). Mais si cette violence nous choque autant, pourquoi ne nous révoltons pas TOUS LES INSTANTS DE NOTRE VIE contre un cet autre type de violence, celui qui est implicite, invisible ou lointain ? Cela peut paraître hypocrite que de se révolter quelques jours, d’en faire un débat public, de s’attarder sur des verres cassés alors que tous les jours ces mêmes enseignes contribuent à ce désordre mondial, celui de la domination perpétuelle et de la souffrance de tant d’autres… Ce n’est pas mon but de faire une liste exhaustive des maux de notre monde, de notre système. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle n’existe pas.

Mon intention est bien moins courageuse, c’est celle de nous rappeler à l’ordre. Nous ne pouvons pas être aussi apathiques face aux dynamiques de destruction du monde en lequel nous croyons ! Que faisons nous à SciencesPo ? Quel est le but d’être entouré du savoir, des connaissances si nous n’en faisons rien ? Un diplôme ? Que c’est médiocre pour nous tous représentants du « courage intellectuel », nous tous « esprits libres» ! Comment se vanter d’êtres démocrates, républicains, libres si nous n’en faisons strictement rien ?

Battons-nous avec rage, avec force pour nos idéaux ! Quels qu’ils soient, ayons l’envie de changer le monde, ne nous conformons pas avec ce que nous vivons. El que calla otorga, acharnons nous contre la mort à feu doux de la presse libre car elle meurt lentement et avec elle la démocratie s’effondre ; luttons contre toutes les contradictions que nous subissons ; soyons conscients que si nous, jeunes étudiants des sciences politiques, ne faisons rien qui donc le fera ? Ne répondons jamais à la violence avec son arme mais n’ayons pas peur de nous engager avec force et rage contre tout ce qui détruit notre avenir. Car la peur c’est l’arme des conservateurs, de ceux qui ne connaissent qu’un seul monde, celui qu’ils désirent figer à tout jamais, celui qui rassure pour certains mais qui tue les autres. Être conservateur c’est ne pas oser, c’est celui qui a peur de perdre ce qu’il a gagné. Mais à quel prix avons nous mérité d’être ici, de jouir des conforts de la vie moderne, de la vie pacifique ? Ne nous perdons pas dans la facilité et le confort…

Depuis la plus profonde des contradictions et des hypocrisies, celle qui me caractérise,

S.

PS : ce n’est qu’un paja mental qui naît de l’article (mais de tant d’autres) du Monde Diplomatique du mois d’octobre 2009 sur la liberté de presse.

PS2 : lorsque je serais adulte, dans le monde des « tu es jeune, c’est normal » que quelqu’un vienne me donner une bonne paire de claques !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s