ParTage : une épopée ?

Agnès Casado pour le projet ParTage.

L’épopée, ce mot qui renvoie à des temps immémoriaux de héros et d’aventures… Depuis les débuts de l’humanité, nous n’avons cessé d’entretenir une relation complexe avec l’épopée. Fatalité pour Ulysse, fondatrice aux temps bibliques de la fuite d’Egypte, insensée pour Christophe Colomb et les autres grands explorateurs, l’épopée a depuis toujours exercé une fascination trouble sur l’Homme. Quoi de plus normale que d’être à notre tour envoûtés par l’idée un peu folle d’une épopée, plus modeste mais réalisable ?

Et si nous descendions en canoë le Tage, ce fleuve qui relie Madrid à Lisbonne ? Cette idée qui allait bientôt nous réunir germa dans les esprits de Morgan et Jean-Aymeric. Associée au projet de promotion de la péninsule ibérique de Lourenço et Sofia, elle devint une entreprise ambitieuse qui ne manqua pas de séduire sept autres d’entre nous. Nous étions désormais onze à nous lancer dans cette aventure. Le cadre institutionnel des « projets collectifs », conféré par Sciences Po., allait compléter notre dossier qui deviendrait le projet ParTage.

Vanessa, Sofia, Othmann, Morgan, Margaux, Maria, Lourenço, Jean-Aymeric, Ines, Delia, Agnès… Nous voilà au complet : onze élèves résolus à mener à bien notre projet.
Bien rôdés au système Sciences Po., nous avons commencé par distribuer (par élire) les postes à pourvoir. Voilà Morgan chef de projet, Jean-Aymeric, secrétaire et Sofia, trésorière. Mais au-delà de ces responsabilités conventionnelles, de quoi allions nous avoir besoin ? Après un brainstorming et quelques prises de tête, chacun se trouva enfin pourvu d’une responsabilité.

Il était temps de commencer. Et c’est ce que nous fîmes, sur les chapeaux des roues. L’idée de base était claire : nous voulions promouvoir le lien particulier qui existe entre l’Espagne et le Portugal. Et le Tage, reliant les deux capitales de la péninsule, constituait de fait un symbole fort. Mais par « promouvoir », qu’entendions-nous ? Allions-nous organiser un cycle de conférence dans les écoles maternelles de la Vienne ? Devions-nous mettre en place un colloque international réunissant les sommités du sujet ? Après moult discussions, nous avons finalement convenu, que nous écririons une série d’articles, publiés sur un site Internet crée à cet effet. Nous espérions également pouvoir construire un partenariat avec les journaux locaux pour donner plus d’échos à notre projet.

Et puis à l’issu de ce processus, dans six mois (six mois !), nous attendraient les eaux calmes mais non moins impressionnantes du Tage. Cette partie du projet aussi devait être préparée. Cartographie, budget, listes de matériel… Chacun s’employa à apporter sa pierre à l’édifice, donnant à l’idée un peu folle qui nous avait tous charmés un aspect concret et pratique. Après un mois de travail et de réunions autour d’un plat de pâtes, nous avions fini par construire un projet solide. Nous n’étions plus tout à fait ces doux rêveurs qui s’étaient engagés pour une aventure sportive et fascinante. Nous parlions budget prévisionnel et essence. Malgré cela, travaillant avec acharnement, désespérant devant les obstacles, jubilant devant les succès, nous avions tous en tête cette épopée. Non pas fatalité, fondatrice ou insensée, mais tout simplement notre épopée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s