L’incroyable histoire de Miguel Angel Paredes, prêtre et culturiste.

Il s’appelle Miguel Angel Paredes et pour tous les habitants de la petite ville colombienne de Paipa, nichée dans la province de Boyacá, c’est autant le héros local que le représentant de Dieu sur terre. Sa particularité ? Ce jeune Colombien de trente- neuf ans est prêtre, mais pas seulement, il est aussi une vedette du culturisme national. Alterner ces deux offices peut paraître à première vue épuisant, éreintant, voir insoutenable. Pourtant, depuis plusieurs années Miguel Angel vit paisiblement ses deux vocations à Paipa, cette ville colombienne aux allures coloniales où rien ne laisse entrevoir la présence d’un tel phénomène. Et malgré sa nouvelle médiatisation, il conseille toujours  ses fidèles avec la même passion et déborde d’énergie. Alors comment ce doux colosse en est-t-il arrivé là, lui qui de son propre aveu n’était pas destiné à réaliser ces  prouesses?

Lorsqu’on dit d’une personne qu’elle pèse quatre-vingt-dix dix kilos  pour seulement un mètre soixante-dix, on s’imagine souvent un homme ou une femme avec un embonpoint pour le moins imposant. Chez Miguel Angel ce ne sont de toute évidence pas des bourlets qui ressortent mais bien des muscles saillants peut-être même un peu trop. Toutefois, ce dernier n’a jamais prétendu à un poste de videur de boîte de nuit, de vigile d’un grand magasin ou de garde du corps d’une grande autorité étatique. Il a toujours voulu être prêtre, rien d’autre. Petit, même si le football et le basket lui procurent d’intenses moments de bonheur, il n’aspire pas non plus à devenir un athlète de haut niveau. Ainsi, en novembre 1994, il est ordonné prêtre au Séminaire Majeur de Tunja, sa ville natale. Son destin jusqu’alors loin d’être hors du commun va être bouleversé quatre ans plus tard. Un curé de la ville américaine d’Austin au Texas l’invite à participer à un diocèse. L’insouciant Miguel Angel accepte sans se douter des conséquences qui vont suivre.

Arrivé sur le sol américain, il découvre un univers complètement différent de la Colombie. « Les fast-foods me choquaient plus qu’autre chose et d’ailleurs me dégoûtent toujours », confie-t-il au quotidien colombien El Tiempo. Oui, effectivement, ses quatre-vingt-dix  kilos actuels ne sont pas dus à une ingurgitation récurrente de délicieux Big Mac tous droits venus de MacDonald. Ce qui va l’intéresser par-dessus tout, c’est la grandeur des salles de musculation. « Jamais je n’aurai imaginé voir autant d’appareils pour se muscler » s’étonne-t-il devant nos confrères colombiens. Rapidement il prend goût à la pratique d’une série d’exercices destinés à se muscler et surtout à esthétiser son corps. Au bout de quelques mois, les haltères n’ont plus de secrets pour le gladiateur colombien, qui désire maintenant affronter des néo-culturistes made in USA. Seul petit hic, il doit demander la confection d’une soutane adaptée à son corps. Il débute en février 1999, lors d’un tournoi se déroulant au siège de l’armée de l’air américaine. À la surprise générale, il remporte au haut la main le titre dans sa catégorie et ajoute une ligne à son palmarès de néophyte en occupant la première place au classement général : une légende du culturisme colombien est née.

Cependant tout n’est pas si facile pour Miguel Angel : éloigné de sa famille, il doit se tenir à un régime alimentaire draconien. Sept repas par jour ! Avec au menu, de la viande, des légumes et des complémentsalimentaires à l’instar de l’huile de poisson, des milkshake de jaunes d’œufs et de lait ou encore des sucres lents comme la saccharose, le maltose et le lactose. Ses conseillers, intéressés qu’ils étaient par la gloire que pouvait leur rapporter ce jeune Colombien l’incitent à consommer de la créatine. Cette  substance dérivée d’acide aminé naturel  joue un rôle conséquent dans l’apport d’énergie aux cellules musculaires, mais peut s’avérer très dangereuse. Le jeune culturiste est au courant de ces possibles effets néfastes ; de plus il déteste toutes les sortes de stéroïdes. C’est sans compter sur la pression opérée par différents pays dans l’optique de sponsoriser le prodige qui multiplie alors les succès. En échange, tous lui demandent de consommer des stéroïdes pour augmenter son volume musculaire. Il refuse de céder aux demandes qu’il considère« indécentes » et s’isole peu à peu. Jusqu’à l’entrée en piste du célèbre coach texan Jerry Melina qui lui propose ses services. Paredes ne boude pas son plaisir et accepte immédiatement. Seulement en échange il doit respecter un régime encore plus rigoureux et doubler des efforts pour atteindre, sans stéroïdes, le même niveau que ses futurs rivaux. Grâce à une volonté de fer, il s’impose dans la catégorie des poids moyens de l’État du Texas, puis remporte de manière homérique sept fois d’affilée le titre de champion des champions texans. Il devient une star américaine, mais est encore inconnu dans son pays natal.

En effet, en Colombie contrairement à d’autres pays latino-américains la pratique du culturisme n’est pas très développée à l’inverse de celle du catch notamment. Néanmoins Miguel Angel désire ardûment revoir sa famille, avec qui il ne communiquait que par téléphone. Celle-ci n’avait pas les moyens de financer un voyage vers les Etats-Unis. Surtout, il a une très mauvaise nouvelle à leur annoncer. En février 2008, il est atteint d’une tumeur cancéreuse et préfère se faire opérer en Colombie que chez un spécialiste américain réputé, la foi en Dieu a parlée. Retour au pays, un point c’est tout. Il subit une opération chirurgicale à la jambe ce qui l’oblige à mettre entre parenthèse sa carrière, ce durant huit mois. Appuyé moralement par ses supérieurs religieux, il officie alors dans  trois paroisses de Paipa, situé à une trentaine de kilomètres de Tunja où réside sa famille. De nouveau en pleine forme en novembre, il reprend un entraînement de haut volt. Les heures d’entraînement au gymnase (watch?v=I5yevaXx62U) se comptent au nombre de dix par semaines, sans oublier les séances de natation et de footing. Il y a deux mois, Miguel Angel se préparait à disputer une compétition nationale à Sogamoso, où il allait représenter la province de Boyacá. Fidèle à sa réputation acquise au fil de ses années folles du rêve américain, il ne laisse aucune chance à ses adversaires. Actuellement dans une importante phase de préparation en vue de défendre son pays lors d’une compétition qui aura lieu en avril 2010 au Mexique et à laquelle il a été invité, il enchaînera ensuite une tournée dans son pays d’accueil qui lui a tant donné. Aussi, il a reçu une offre de l’Institut des Sports de Boyacá, pour qu’il participe à la création d’une Ligue Départementale de levée de poids…Ni une ni deux, Miguel Angel s’associe au projet et promet en plus de dénicher un partenariat avec son ancien centre texan. Pour cela il pourra mettre à profit le fait qu’il soit bilingue, chose plutôt rare du côté de Paipa.

Très occupé comme on peut le voir par le culturisme, il reste pourtant catégorique : « J’ai toujours lutté en silence avec pour seul objectif de rendre gloire à Dieu. Dans toutes les compétitions auxquelles je participe, je me suis identifié comme prêtre, office que je rempli durant les vingt-quatre heures de la journée ». Il ne remet aucunement en question son rôle de prêtre qu’il rempli à merveille selon les fidèles paroissiennes de Paipa. María, l’une d’entre elles, affirme qu’il faut « protéger ce guerrier autant qu’il nous protège lui ». Le héros local n’a pas fini de faire parler de lui, surtout avec la presse qui accoure régulièrement prendre de ses nouvelles, ce qu’il ne rechigne aucunement à faire. Comme il le souligne très justement « je ne suis pas un homme extraordinaire, une sorte de Superman venu d’ailleurs. D’autres prêtres ont exercés dans d’autres labeurs, tenez, prenez Lugo au  Paraguay par exemple. C’est un président, alors que dans le passé il était prêtre ». Cela reste tout de même assez original pour être souligné.

Ses paumes de mains sont recouvertes d’une multitude d’ampoules symboles de l’entraînement intensif qu’il pratique. Espérons simplement qu’au moment de la communion il ne glisse pas à l’oreille de ses fidèles :« Tu ne veux pas faire  comme moi et débuter cet appétissant régime : créatine et Ostie ? »  , quelle originalité, mon Dieu.

Article écrit par Maurice Neyra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s