La faune et la flore du Tage

Le Tage traverse d’Est en Ouest le centre de la péninsule ibérique et possède ainsi une faune et une flore représentatives de la région.

Le fait que le Tage sillonne pendant de nombreux kilomètres des régions inhabitées ou peu habitées a fait de ce fleuve une zone naturelle et écologique riche dont la protection et la préservation sont d’une grande importance. En témoignent notamment les parcs naturels qui ont été créés pour protéger légalement la zone, comme le Parc national de Monfragüe, le Parc national du Haut Tage, ou encore la Réserve naturelle de l’estuaire du Tage, près de Lisbonne.

La longueur de 1200 kilomètres du Tage implique que ce fleuve traverse plusieurs milieux climatiques. Il y pousse toutes sortes d’arbres et de plantes, depuis les pins et les autres espèces végétales qui sont capables de résister aux conditions rudes et sèches de la partie haute du Tage, jusqu’à l’écosystème de zones humides près de Lisbonne, en passant par pas moins de trois autres milieux climatiques, depuis Tolède jusqu’à Lisbonne. On peut ainsi croiser en descendant le Tage de nombreux arbustes et fourrés comme le thym, des chênes, différents types de saules, des bouleaux, des cerisiers, et des arbousiers. Il faut aussi noter qu’il existe  des zones désertiques où ne poussent que quelques rares arbustes.

Autour du fleuve vivent quatre espèces en voie de disparition : le vautour noir, l’aigle impérial ibérique, la cigogne noire et le lynx ibérique. La plupart des espèces de prédateurs de la péninsule (rapaces et mammifères)  y sont aussi présents.

Les espèces animales qui y sont le plus nombreuses et le plus étudiées sont sans doute les rapaces. Les nidifications de ces oiseaux sont très nombreuses chaque année, et l’exemple le plus abondant est le vautour fauve, que l’on n’a pas mal à observer par groupes frôlant souvent la vingtaine de spécimens. En plus de ces vautours, d’autres espèces de rapaces sont abondantes autour du Tage, comme la buse, l’épervier, le faucon pèlerin, ou encore l’aigle de Bonelli. D’autres espèces sont bien plus difficiles à trouver à cause de leur quantité réduite, le Lanier par exemple.

Revenons sur les mammifères protégés tout au long du Tage. Le lynx ibérique, déjà cité, est l’espèce de félin la plus menacée au monde. Il ne subsiste en effet que 200 exemplaires de cet animal, dont la plupart vivent dans le Parc National de Monfragüe. Le mammifère aquatique le plus présent est la loutre, notamment près d’Aranjuez. On trouve également de nombreux loups ibériques sur les bords du fleuve, surtout dans la province de Badajoz. Les autres mammifères du Tage sont le blaireau, le cerf, le sanglier, le renard et le lapin, entre autres.

On trouve enfin certains types de reptiles, surtout des lézards, des grenouilles, mais aussi certains types de serpents, comme la couleuvre à échelons. Les poissons les plus représentés tout au long du Tage sont la truite et le brochet, ainsi que certains types d’anguilles. Cependant il y a quelques années les poissons étaient beaucoup plus nombreux dans le fleuve, et ils disparaissent aujourd’hui progressivement à cause de la construction de barrages et la pollution des eaux.

Othman Boucetta, pour ParTage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s