Le cocktail gagnant des lycées

          Il est assurément vrai que les résultats obtenus au bac sont les critères les plus apparents pour mesurer la performance d’un lycée,  mais il serait bon de prendre en compte d’autres valeurs ajoutées. A l’heure actuelle, les lycées inscrits en Zone d’Éducation Prioritaire, même s’ils ne sont pas classés parmi les meilleurs lycées de France,  tentent de s’approcher de cet objectif par  divers programmes innovants.  

Situé aux alentours d’Aubervilliers, près de Saint Denis, le lycée d’Henri  Wallon en est un exemple. Il accueille des élèves de milieux modestes, arrivant parfois avec des lacunes, mais le corps professoral  ne se décourage  pas pour autant. En effet, avec la mise en place  depuis 2008 d’un dispositif intitulé  « site d’excellence » dans  le cadre du plan banlieue, le lycée Henri Wallon explore diverses pistes, afin d’aider les élèves à progresser tant sur le  plan intellectuel que sur le plan humain.   Plusieurs projets spécifiques ont vu le jour pour contribuer au bien-être des élèves et à leur  développement. L’accent est mis sur les activités sportives, culturelles, artistiques ainsi que sur le soutien scolaire.  Des heures supplémentaires sont consacrées aux élèves pour « qu’ils aillent le plus loin possible».Le lycée Wallon  prépare aussi  la procédure pour entrer  à Sciences Po par la voie de la Convention d’Education Prioritaire (CEP). Tous les projets ne réussissent pas, mais l’expérimentation est un bon moyen d’apprendre. On observe que la motivation des enseignants est sans faille. C’est l’un des moteurs de la réussite de ces divers projets.  D’ailleurs le lycée connaît des résultats très satisfaisants. Le taux de réussite des élèves au bac s’élève à 72% en 2010 soit douze points de plus que l’an passé.

Malgré tous ces efforts, beaucoup d’élèves boudent cette école, privilégiant de « meilleurs établissements ».

Les élèves ainsi que les parents ont beaucoup d’a priori sur les lycées classés en Zone d’Éducation Prioritaire. Toutefois, autoriser un autre type d’évaluation pour classer les lycées ne serait-il pas un bon moyen de mettre en exergue leur  efficacité et  de diminuer les préjugés? Entendez-moi bien, les résultats par l’intermédiaire du bac sont satisfaisants. Néanmoins, un autre classement sur le plan relationnel, ou sur la prise en compte  des efforts consentis par ces établissements pour une meilleure insertion des élèves ne devrait-il pas être pris en considération ? Aujourd’hui la situation géographique des lycées et les chiffres annonçant le classement sont importants et décisifs dans la réputation que les établissements acquièrent. S’ils ne se défont pas de cette image négative, les résultats du bac  ne seront jamais représentatifs. Beaucoup d’établissements font des efforts, s’améliorent sur d’autres plans et cela devrait compter. En tout cas comme le propose Mme Duru-Bellat, professeur à Sciences Po Paris et sociologue spécialiste des questions d’éducation : « On pourrait, à côté, avoir d’autres critères, comme la qualité des relations entre élèves et professeurs. On pourrait au moins en discuter… » 

HO YICK CHEONG Anne Catherine

 Projet  CEP branlly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s