« Aventure du jour, bonjour »: les besoins naturels nécessaires


Le voyage du projet co Partage est la première expérience de camping pour la moitié du groupe. Nous découvrons ainsi le monde sous un point de vue plus pragmatique et avons reclassé nos priorités. Alors qu’à Poitiers ces dernières vont d’étudier à aller sur Facebook, voici celles de la vie à l’état primitif:

1.  De l’eau potable, voire de l’eau tout court. S’hydrater régulièrement n’est pas si évident lorsqu’on boit des bidons remplis dans les stations d’essence. Imaginez-vous aussi la frustration de passer des heures sur ou DANS le Tage pollué et de galérer ensuite pour se doucher. Pire encore: faire la vaisselle. Heureusement qu’il y a des fontaines d’eau ça et là, ainsi que des tuyaux d’arrosage délaissés…

2.  Aller aux toilettes. Je ne souhaite pas aborder les détails ici mais simplement souligner la disparité de difficulté entre hommes et femmes, notamment en maillot de bain, et louer l’existence de stations d’essence.

3.  La nourriture. Nous vous imaginons aller au Monoprix parce qu’il vous manquait un pot de nutella ou un pack de bière avant dimanche. Ici, c’est sandwichs au déjeuner (viva el chorizo y el queso curado! à bas la baguette à haute dose…), plat le plus adapté pour nos pique-niques sur les rives du Tage. Le soir, c’est le luxe grâce au réchaud à gaz. Soit dit en passant, la fameuse bouteille de gaz ne fonctionnait pas les premières 48 heures de l’excursion, ce qui nous condamna à des plats froids. Enfin, les navétistes (deux personnes dans la camionnette à tour de rôle) sont chargés de faire le plein de nourriture chaque jour, tout en gardant un oeil sur la cagnotte d’argent qui doit nourrir 9 personnes durant 12 jours.

4.  Tapis de sol. Un grand merci à ceux qui nous ont prêté des sacs de couchage plus que confortables. Pour les néophytes du camping, nous vous conseillons fortement de prévoir des tapis de sol. Ceux-ci amortissent la destruction de nos dos allongés paisiblement sur des terrains rocailleux et empêchent nos sacs de couchage (certes imperméables) de se faire tremper par la rosée.

5.  Anti-moustique. Tout pour tuer les bestioles, nos chers cohabitants de la Terre Mère. (Citation de Hannah Arendt: “L’artifice humain du monde sépare l’existence humaine de tout milieu purement animal, mais la vie elle-même est en dehors de ce monde artificiel, et par la vie l’homme demeure lié à tous les autres organismes vivants.”). Et c’est une victime de sept piqûres d´araignée au dos qui parle. Assez dit.

6.  Un terrain où dormir. A éviter: les terrains de chasse (là où vous trouvez des cartouches par terre et entendez des coups de feu – tirs frénétiques dans les environs), les propriétés privées (là où il y a des grillages à franchir ou des bergers parmi les moutons), los terrenos de ganado bravo (en Espagne, les cornes des vaches et toros ne sont pas coupées…), les plantations d’olivier (au risque de se faire arroser au petit matin), et bien d’autres. Le camping le plus “luxueux” a eu lieu dans le jardin d’un club de kayak à Fuentidueña del Tajo (propriétaire très sympathique).

7.Un miroir. Aussi surprenant que cela puisse paraître, nous avons touTES oublié un miroir. Notre dernier conseil pour vous épargner des séances d’épilation de sourcils devant le rétroviseur de la camionnette ou des plaintes comme “ma barbe est ridicule” est d’en apporter un. Quoique… peut-être qu’il vaut mieux ne pas voir son visage à l’état primitif.

Écrit par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s