Bienvenue parmi nous, Alice Stewart Königsberg!

Samedi 19 février. Cours de rattrapage d’anglais. 60 personnes dans la salle. A peine réveillé par le brouhaha de l’amphi Bolivar, j’entends la voix de Maria s’exclamer :

– Filipe, você tem um Shakespearezinho na capa do seu Moleskine ?!
– Ah, você viu? É o meu vocabulário de inglês! Em espanhol é um Cervantes.

Toute la rangée éclate de rire. Suite à cette scène classique de Filipe, je cache mon visage entre mes mains pour dormir discrètement, jusqu’à ce qu’Alice Di Concetto commence à présenter son article sur un architecte danois, le troisième qu’on voyait dans la séance. Et c’est la, au sommet de l’ennui que j’ai découvert qu’Alice utilise un faux patronyme. La ressemblance est flagrante et pourtant, personne ne l’avait remarquée. C’est parce qu’il lui manque un accessoire mythique qu’elle inhibe stratégiquement. Mais sa gestuelle, ses traits de visage, la couleur de ses cheveux sont les preuves irréfutables qu’elle nous a menti sur son identité jusqu’à ce jour. Elle ne peut plus cacher ce lourd secret, et il revient à nous, preux journalistes, de faire éclater la vérité à la lumière du jour. Il suffit tout simplement de passer à la loupe certains détails révélateurs et le véritable ADN d’Alice devient une évidence. Regardez donc cette petite illustration qui vaut mieux que milles explications…

 

Nous demandons donc d’abord à ce que Monsieur Woody Allen nous rende des comptes et explique ce qui s’est passé dans les loges du tournage d’Alice (comme par hasard) en 1990 et nous vous demandons à vous, chers lecteurs, de prendre part à cette nouvelle entreprise qui est la nôtre. Afin de renouer notre confiance avec les lecteurs et mettre fin à la tromperie, le Mural a décidé de lancer une nouvelle rubrique, chic et cosy, légère et réfléchie, haut lieu du franc parler. De vos fantasmes à vos fétiches, du dîner de vendredi soir à la cuite de lendemain, cette rubrique sera notre coin café pour discuter de l’art, de la littérature, du cinéma, de l’œnologie et encore de la cuisine, des légendes urbaines, des scandales familiaux, des réveils à ressort mécanique etc. Nous vous invitons dès à présent à venir enrichir notre tout nouveau MURALITO!

Angèlesquement bien à vous,

Manu et Filipe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s