Quand un sondage en chasse un autre, à Sciences Po Poitiers DSK étrille Marine le Pen

Sondage-1-e1299803668287

Article écrit par Maurice Neyra

Ils viennent d’Amérique latine pour certains, de France pour d’autres et ont tous une passion en commun : la politique. Qu’ils soient argentins, guatémaltèques, brésiliens ou français, les étudiants du campus délocalisé de Sciences Po Poitiers partagent le goût de l’analyse et passent chaque élément de la vie politique internationale au crible. Et l’actualité de l’hexagone, rythmée par les sondages anticipant les résultats des élections présidentielles de 2012, est particulièrement sujette à débat.  Alors, devant la « déferlante bleu Marine », référence faite aux deux sondages Louis Harris venant couronner la stratégie communicationnel d’une Marine le Pen filant vers l’Élysée, le Mural se devait d’enquêter.

L’équipe des Muralistes a voulu savoir comment ces étudiants férus de politique interprètent-ils ces sondages donnant la présidente du Front National en tête au premier tour. Pourquoi la fille du « glorieux Jean-Marie » comme le dépeint ironiquement Alain Soral, lui-même ancien membre du parti d’extrême-droite, est-elle adulée par une frange considérable de l’électorat tricolore ? Un quart des français (24% selon le sondage Louis Harris publié dans Le Parisien du dimanche six mars) souhaitent-ils réellement un 21 avril 2002 bis ? Aussi, nous nous sommes penchés  sur les aspirations électorales des étudiants Sciences-potards. Les puristes, adeptes des critiques à rallonge, rétorqueront qu’en tant que latino-américains, nombre de ces derniers ne pourront pas voter en 2012. Qu’importe, l’essentiel est ailleurs. A travers deux sondages, le Mural vous offre un aperçu concret des pensées politiques mises en exergue par les étudiants du campus. Des intentions de votes et  une perception des sondages qui vont totalement à l’encontre de la «logique du moment » et d’un « FN suscitant de moins en moins la crainte » pour reprendre les termes d’un journaliste politique réputé, Alain Duhamel.

Le constat est édifiant. En effet, l’immense majorité des sondés, français inclus, s’insurgent contre le Front National et ses desseins anti-immigration. Plus qu’un campus du prestigieux Institut d’Etudes Politiques, c’est à un terrain miné que la fille le Pen se trouverait confrontée en posant les pieds sur le perron de l’Hôtel Chaboureau. Un étudiant brésilien déclare « ne pas vouloir être mis dans un charter direction Rio». Une interprétation de la situation quelque peu réductrice ? Certes. Néanmoins, on comprend la peur que peuvent inspirer les propos de Marine le Pen lorsqu’elle met en avant la stratégie de « renvoyer les immigrés venant de la Méditerranée à bord de leurs bateaux ». Toujours-est-il que sur 114 étudiants interrogés, seuls 2 se sont prononcés en faveur de la candidate FN. A première vu, la preuve d’un potentiel électorat nageant à contre courant de l’opinion public. Seulement voilà, remémorons-nous que lors du second sondage Louis Harris, Dominique Strauss-Kahn a obtenu 22% des intentions de vote. Un directeur du FMI qui, contrairement à Marine le Pen, brille de mille feux dans le sondage réalisé par le Mural. Haut la main, « l’ex-éléphant du PS » caracole en tête de l’estime estudiantine. Son score ferait pâlir une pléthore de dictateurs : 67%. N’ayant toujours pas annoncé sa candidature, devoir de réserve oblige, Strauss-Kahn incarne le « changement » selon un étudiant tout droit venu de Colombie. «Sa politique économique apparaît cohérente » affirme un français ravi des actions menées par le mari d’Anne-Sinclair à la tête du Fond Monétaire International.  Quant aux autres candidats éventuels, ils se tiennent dans un mouchoir de poche. Aucun n’émerge du lot ni ne dépasse les 10%. L’actuel président Nicolas Sarkozy est à la peine avec un petit 8%, tandis qu’Éva Joly-6%- profite de la forte influence d’Europe Écologie au sein du campus. Pour sa part, Martine Aubry se contente d’un 9% sans grande signification. De toute évidence, l’enseignement à tirer de ce premier sondage est le plébiscite reçu par l’ancien prof à Sciences Po que Strauss Kahn fût jadis.

Concernant le second questionnaire, les étudiants devaient donc se prononcer sur le sens à donner aux résultats des sondages Louis Harris. Ils avaient cinq options : « il est temps que la France change », « le danger est réel au niveau politique », « ce sondage traduit une manipulation du PS », «ce sondage traduit une manipulation de l’UMP » et finalement « cela ne vous inspire rien ». Dans la continuité de leur déplaisance envers le FN, 71% des sondés évoquent un danger réel pour la «démocratie française », comme en témoigne cet étudiant dont nous préserverons l’anonymat : « Il est inadmissible que dans le soi-disant pays des droits de l’homme presque un quart de la population vote pour une raciste ! ». Parallèlement à cette écrasante majorité, 14% des étudiants crient au complot de l’UMP. Ils estiment que Nicolas Sarkozy prône une droite unie et tente ainsi de désinciter Dominique de Villepin notamment à se présenter. Inversement, aucun Science-Potard ne voit l’ombre d’une manipulation socialiste. Une douzaine d’étudiants ont avoués qu’un sondage à plus d’un an des présidentielles ne signifiait rien tandis que quatre autres observent dans ce sondage les prémices d’une « France nouvelle » symbolisée par Marine le Pen.

Mais dans un campus « d’esprits libres », révéler leur identité serait plutôt les soumettre à la vindicte populaire. Oui madame le Pen, Poitiers et un campus ibéro-américain qui plus est, ce n’est pas Hénin Beaumont. « Ici c’est DSK, pas le Pen », conclut un étudiant d’origine…Parisienne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s