Internats d’excellence et hypocrisie

30 mars 2011, le 20H de France 2 : Les internats d’excellences

Depuis 2008 le ministѐre de l’éducation français a mis en place les « internats d’excellence » afin d’offrir un environnement favorable aux collégiens, lycéens et étudiants motivés (et repérés par le corps enseignant) provenant de milieux difficiles. Ces internats s’inscrivent dans les politiques de promotion d’une mixité sociale et de l’égalité des chances initiées par le gouvernement. Les élѐves du programme se voient logés et encadrés la semaine durant dans des locaux entourés de verdure pour rentrer chez leurs familles le weekend venu. Ainsi voit-on émerger des paradis scolaires où deux professeurs font cours à une classe de onze élѐves.

Auparavant le 20H abordait le thѐme de l’absentéisme des professeurs. On peut ainsi constater qu’une même élѐve peut cumuler plus de quinze semaines de cours non assurés sur deux matiѐres. Les parents d’élѐves excédés face aux absences répétées de  ceux à qui ils confient leurs progénitures en sont arrivés à occuper un établissement en signe de protestation.

Comment justifier le fait que onze élus puissent jouir de deux professeurs à pleins temps lorsqu’à vingt kilomѐtres de là une classe de trente-cinq élѐves n’en a pas un ? Certes les deux exemples ne se réfѐrent pas à la même problématique d’origine. Mais n’y a-t-il tout de même pas contradiction?

Nous pourrions aisément dresser, sans que ce soit ici le sujet principal, un parallèle avec l’opposition prépa/licence. L’élѐve de classe préparatoire coûte une fois et demi plus cher à l’Etat que son homologue de l’université. Certes voici dix ans ce même élѐve coûtait deux fois plus cher que l’étudiant de licence, mais cette inégalité est-elle équitable ? De plus l’on constate que ces étudiants à qui l’Etat accorde plus de dépenses réussissent globalement mieux que leurs camarades du systѐme universitaire.

A l’époque de la remise en cause du systѐme des prépas justement due en partie à ce systѐme inégal, les internats d’excellence n’instaurent-ils pas une nouvelle opposition entre élѐves de la ‘voie classique’ et élѐves de la voie ‘d’excellence’ ?

L’expérience étant à ses débuts peu de conclusions peuvent être dressées en comparant les résultats des deux voies. Il serait pourtant facile de prédire une meilleure performance des élѐves issus de la ‘voie d’excellence’, fruit de cette inégalité de moyens, tel que l’on observe au niveau du supérieur.

C’est certes une tentative qui cherche à s’attaquer à certains mots de l’éducation publique. Mais nous pourrions aussi soulever le caractère hypocrite que peut arborer ces internats d’excellence. Mettre en place des catalyseurs à réussite pour élѐves de milieux défavorables permet de détourner l’attention de l’inefficacité des établissements dont ils proviennent. Porter onze élѐves à la réussite scolaire coûte moins cher que de rénover un systѐme qui ne fonctionne pas. Où les professeurs n’ont de comptes à rendre à personne, sauf périodiquement aux inspecteurs. Où les classes sont trop importantes pour permettre un réel accompagnement des élѐves. Où des professeurs aux heures libres remplacent trop peu souvent leurs collѐgues absents. Où ces profs sont trop peu motivés par une dévalorisation de leur travail. Où le redoublement est inefficace. Ceux sont parmi d’autres des problѐmes de structure !

Les programmes sont là, tout neufs (ou recyclés) issus des réformes, mais le corps malade s’enlise dans la maladie. A quand une consultation ?

Sebastian Tadiello

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s