Nacho Awards 2011, la lutte finale a commencé

17 avril 2011. Lorsque l’horloge indique 11h30 pétantes en ce dimanche pictavien ensoleillé, les résultats des nominations viennent de tomber. Certains nominés ne peuvent s’empêcher d’esquisser un sourire tant leur présence en finale s’apparentait à une évidence. Sur d’autres, au contraire, on devine aisément la soupe à la grimace. Après avoir lu maintes et maintes  fois le mail envoyé par le Pôle Gala atterri sur leur l’ENTG, ils n’en reviennent toujours pas. Histoire de remuer le couteau dans la plaie,  les grands manitous de ces Nacho Awards invitent les victimes du peuple à mener campagne. Un comble? Les finalistes désemparés répondent par l’affirmatif. Tandis que les plus motivés exultent, l’équipe du Mural se frotte les mains. 10 catégories, 10 vainqueurs, quels seront les (mal)heureux élus ? Une enquête exclusive truffée de pronostics.

Commençons par la catégorie la plus attendue, celle où les campagnes sont menées tambours battant,Mr and Miss Sciences Po. Deux couples de favoris semblent se détacher, au vu de leurs activités, mais surtout de l’endoctrinement débuté dès lundi à l’aube. Via des affiches, des messages facebook et même des clips diffusés sur Youtube, ils ne ménagent pas leur efforts. Qui sont-ils ? D’une part, on retrouve Silvia et Florian. Une madrilène et un nantais qui clament à l’unisson leur désir de victoire.  Indéniablement, les deux lurons peuvent compter sur une large frange du public totalement acquis à leur cause. Surfant sur une vague de succès récents, ils jouissent d’une popularité sans égale. La première accumule les postes à responsabilités : présidente du BDE, elle est aussi chef du Projet Bicentenario 2.0, capitaine de l’équipe de PomPom et «reine du flamenco». Le second ne démérite pas, loin s’en faut. Florian, président du BDA qui a savamment orchestré l’organisation du Festival Art et Politique 2011, est surtout reconnu pour ses qualités d’orateur hors-pair, de vase communicant, bref tous le portent en triomphe faisant de lui le «roi de la rhétorique». D’autre part, Maud et Thomas se sont lancés dans une campagne multimédia sans pareil mesure. Déjà six vidéos postées sur le mur du groupe facebook « Miss and Mister Sciences Po 2011 : Maud et Thomas ». Ce dernier, militant écologiste, résume bien la situation : « Mes journées font aussi 24h, je suis aussi à Sciences Po, j’ai aussi plein de mini-mémoires et un évènement à organiser. Et pourtant, le temps, je le prends ». Maud, dynamique au possible, pratique la salsa, le yoga, tout en appartenant à la troupe de Danse Orientale et en s’imposant comme l’un des piliers de l’équipe de Cheerleaders. Leur credo est clair : « représenter au mieux le campus de Sciences Po à Poitiers». La messe n’est pas encore dite, mais face à ces deux couples, les troisièmes finalistes Victoria et Josh arrivent bien démunis.

Pronostics du Mural : Silvia et Florian-50%, Maud et Thomas-35%, Victoria et Josh-15%.

Passons à la catégorie Gauche Caviar. Avant même que celle-ci soit définitivement reconnue comme «catégorie officielle », un des candidats s’était retrouvé au centre d’une campagne publicitaire visant à le désigner comme le « vrai, l’unique gauche caviar». Son nom n’aura pas échappé aux fidèles des débats du Mural, Pierre. Si l’homme fut jadis un ardent défenseur du Parti Socialiste, il milite d’ailleurs aujourd’hui pour le syndicat étudiant UNEF, en bon joueur de golf qu’il est ce supporter sochalien incarne, selon un de ses proches amis, «mieux que quiconque la gauche caviar». Autre prétendante au titre, Sophia, l’une des coordinatrices du Pôle Gala. Signe que la transparence était de rigueur lors du décompte des votes. Cette franco-argentine, amatrice de vin chilien, adepte des dîners à la Serrurerie (un restaurant de Poitiers) et jamais sans son MacBook, cultive pourtant l’art de « s’affirmer à gauche ». Comme on peut lire sur le mur facebook d’un de ses partisans, « ca n’a pas de prix. Pour le reste, il y a la carte bleu de Sophie». Humour, quand tu nous tiens…Le troisième concurrent se révèle être un habitué du genre. Gustavo, tout droit venu de la localité mexicaine de Puebla, se proclame «fan de Karl Marx ». Cependant, il convient de préciser que notre communiste en puissance adore l’équitation et ne lésine pas sur les dépenses vestimentaires. Gauche Caviar disions-nous ?

Pronostics du Mural : Pierre-60%, Sophia-30%, Gustavo-10%.

La troisième catégorie, Casque Bleu, donne souvent lieu à des débats enflammés. De toute évidence, il ne fait pas bon s’y retrouver parmi les finalistes. Chacun d’entre nous sait que le Casque Bleu de l’ONU « est sur tous les fronts, mais ne tire jamais». En d’autres termes, il s’agirait d’étudiants dont l’intégralité des « plans drague » restent à l’état de projet, pour ne pas dire qu’ils tombent à l’eau. Non pas que les nominés soient particulièrement timides sur le papier, néanmoins les votants estiment qu’ils échouent en permanence au moment d’attirer «proies» masculines ou féminines vers leur gueule. S’agirait-il d’une constante latino-américaine ? Les trois nominés,  Thomas, Camila et Ian, étant respectivement colombien, dominicaine et argentin. S’il fallait formuler une hypothèse de départ, soulignons simplement que seule la native de Saint-Domingue a débuté une «campagne 2.0». Le colombien se montrant plutôt discret, tandis que l’argentin se défend à coups de photos de la «vieille époque », pour citer  un autre étudiant dont on conservera l’anonymat.

Pronostics du Mural : Camila-70%, Thomas-15%, Ian-15%.

Venons en désormais à la fameuse catégorie intitulée Bomba Latina/Latin Lover. Les votants devaient uniquement se baser sur l’aspect physique afin de nominer le et la latino qui «font rêver ou craquer ». Un critère purement subjectif, nous en conviendrons. Chez les hommes, Stefano, Thomas et Paul apparaissent aux coudes à coudes le lundi matin. Après avoir interrogé mardi plusieurs demoiselles dont nous tairons les prénoms, nous irions vers un duel entre «potes» : Thomas versus Paul. Chers lecteurs, faites votre choix. La lutte s’annonce tout aussi palpitante au niveau des femmes. Valeria, Victoria et Ana Sofia pouvant bénéficier du soutien inconditionnel de leur petit ami respectif. Ces derniers  s’attèleront sans doute à influencer groupe de pairs et consorts, allant peut être jusqu’à vanter les charmes inconnus de leurs dulcinées.

Pronostics du Mural :

– Garçons : Paul-35%, Thomas-35%, Stefano-30%.

-Filles : Victoria-35%, Ana Sofia-35%, Valeria-30%.

Du nom d’un ouvrier russe qui passait son temps à travailler, le Stakhanov sera cette année une femme. Et d’après des sources fiables, deux favorites semblent se détacher. L’une est argentine, Mariela, l’autre, Claire, représente fièrement la Bourgogne française. Malgré l’excellent vin originaire de leur région, les deux jeunes filles pensent plus à bosser d’arrache pied qu’à boire. Tout l’honneur leur en revient. La troisième finaliste n’est autre que Sophie, rédactrice en chef  du Mural, ce qui nous permet de comprendre le pourquoi de sa nomination. Mais la native du bassin d’Arcachon apparaît un «ton en dessous de ses deux coriaces rivales», dixit un observateur avisé.

Pronostics du Mural : Claire-60%, Mariela-35%, Sophie-5%.

Pendant que les latinos s’évertuent à «être sur tous les fronts » ou «tirer sur tout ce qui bouge», les Wannabe latino rêvent de reproduire ces performances dans un futur proche. «Rêver», le terme est sans doute mal choisi, nous dirait Luc, l’un des finalistes, qui sur facebook n’hésite pas à se défendre : «Don’t wannabe Latino ; wannabe moi-même ». Lauréat de la catégorie Latin Lover en 2010, ce passionné de danse n’explique pas ce retournement de situation. Nous non plus.  Il se heurtera en finale à une jeune pousse de Perpignan, Lilian, et à un portugais ayant vécu toute sa vie au sein de la Principauté de Monaco, Flavio. Le premier, excellent rugbyman, met an avant l’ascendance espagnole qui caractérise son nom. Très proche de certains latinos jouissant d’une influence grandissante dans le campus, il ne serait pas étonnant de le voir remporter le titre. Quant à Flavio, en dépit de ses nombreux soutiens, on a du mal à y croire.

Pronostics du Mural : Lilian-50%, Luc-40%, Flavio-10%.

La catégorie The Freerider fait référence à la théorie dite du «passager clandestin». En résumé, il s’agit d’un étudiant qui profite de sa situation à Sciences Po et qui ne devrait pas être là. Le fêtard Simon se retrouve à nouveau en pôle position, concurrencé férocement par l’helvète Julien, nominé l’an passé pour la catégorie El desaparecido, elle-même désormais disparue. C’est un peu le suisse que l’on ne voit pas contre le français qu’on ne voit que trop souvent le samedi soir…Jamais donc à Sciences Po. Par contre, il est difficile de saisir les raisons expliquant la présence de Florence en finale. Une mauvaise blague?

Pronostics du Mural : Simon-50%, Julien-45%, Florence-5%.

Les résultats finaux seront communiqués le 21 mai lors du Gala au Normandoux. Ambiance de feu garantie et discours sulfureux en perspective.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s