Cari TOC TOC

Le mercredi 15 avril, lors de l’édition 2015 du Festival Art & Politique, les spectateurs auront le plaisir d’assister à deux représentations théâtrales par les troupes du campus aux Salons de Blossac, une jouée par les An’Arts Chics et l’autre par la troupe Carithéâtre. Nous avons rencontré deux membres de cette dernière pour en savoir un peu plus sur cette troupe toujours pleine de surprise et sur la pièce qui va être jouée à cette occasion.

L’été dernier c’est « Toc Toc » de Laurent Baffie, qui a été choisie pour être jouée en 2015, soit un peu moins d’un an de préparation. D’après les acteurs, c’est une pièce qui caractérise Carithéâtre, elle a peu de personnages, presque autant de filles que de garçons, et le plus important, elle est comique et simple avant tout. Ils n’ont pas eu besoin de beaucoup de logistique ou d’accessoires ce qui est essentiel car toute l’année la troupe a du faire face aux mêmes problèmes d’organisation que le reste du campus depuis la disparition du « 13 », salle d’un temps que les 1A ne peuvent pas connaitre. Toute l’année les répétitions ont eu lieu dans des colocs ou à  Chaboureau, «  à Pessoa, même pas à Moraes » rajoute même Tere, c’est dire… .

Mais alors, quel rapport entre « TOC TOC » et le thème du festival « Jeunesse, lève-toi » ? Les deux acteurs nous expliquent que la troupe en soi est déjà directement liée au thème, ils sont jeunes  et veulent aider les gens qui en ont le plus besoin en leur apportant du bonheur, en les faisant rire. Car, oui, Carithéâtre ne fait pas que des sketchs pour les beaux yeux sciencespistes, ils ont déjà prévu des représentations en prison et d’autres ateliers théâtre auprès d’enfants de Poitiers. Thibault rajoute sur un autre ton que finalement, le thème du Festival c’est la phrase qui résume la pièce parce qu’à la fin tous les jeunes de la salle vont se lever et applaudir: « Jeunesse, lève toi! » (Oui, Carithéâtre c’est l’humour avant tout…!)

Les 8 membres de la troupe travaillent dessus depuis octobre, malgré les journées artistiques, le microthéâtre et la semaine Volar, c’est l’aboutissement de toute une année qui va nous être présentée aux Salons de Blossac, à une semaine de la première le rythme s’intensifie pour aller jusqu’à 10h de répétitions par semaine. Quand on leur demande si ils seront prêts pour mercredi, Thibault nous indique que pour l’instant « c’est un peu le bordel » mais la chef de Carithéâtre nous rassure, « ça va être plus que bon, ça va être exceptionnel ! ». Même si parfois il s’avère compliqué de répéter une pièce comique sans public pour réagir, car sans réaction c’est difficile d’appréhender le résultat final, on nous rassure, « les dijonnais sont déjà in love » et c’est bon signe. Parmi les grands moments des répétitions on nous parle d’une jolie robe blanche portée par un jeune rugbymen, d’un « tablier de monopoly » explosé contre le plafond et d’un baiser très attendu, les carithéâtreux font attention à ne pas nous en dévoiler trop, la pièce s’annonce pleine de surprises…

Les acteurs nous annoncent finalement que l’année ne s’arrête pas là pour Carithéâtre, la  pièce va être rejouée très prochainement dans un autre lieu beaucoup plus « underground » que les Salons de Blossac et tiennent à remercier très chaleureusement Amandine Le Bellec pour l’affiche qu’elle a préparée pour l’occasion. Ils terminent l’entretien par deux phrases qui finalement caractérisent bien la troupe « Venez à la pièce avec le sourire et repartez avec un plus grand sourire » et « Place au théâtre ! ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s