Le mariage de l’année

Interview de Faustine Colombier et Helena Magnan membre de An’art Chics

Pourrais-tu me parler de votre pièce ou projet pour le festival et en quel est le lien avec le thème du Festival ?

« Funérailles d’Hiver », c’est du rocambolesque, du burlesque, du grotesque, une caricature de la bêtise humaine dans toute sa splendeur ! Deux familles se préparent à célébrer le mariage de leurs enfants, Velvétsia et Popotshenko, mais la crise ne tarde pas à frapper quand le jeune cousin Latshek annonce que sa mère est morte et que l’enterrement se passera le lendemain… au risque de compromettre le fameux mariage aux 400 poulets rôtis que tout le monde attend. Vite, une seule solution, non pas la manifestation mais l’évasion ! De la plage abandonnée aux hauteurs de l’Himalaya, la fuite promet un long voyage avec quelques péripéties saugrenues. Et face à ces conflits familiaux marqués sous le ton du ridicule, que fait la jeunesse dans tout ça ? Elle suit, indifférente aux marasmes extérieurs, sans se poser plus de questions, bercée dans sa douce illusion. Et quand elle essaie de se battre, sa quête est vaine et elle finit par se laisser corrompre par la facilité.

Pour cette année, nous avons donc décidé de prendre le contre-pied du thème du Festival, non sans ironie. Ce n’est pas « Jeunesse, lève-toi » mais finalement « Jeunesse, rendors-toi ». A partir de ce tableau familial dérangeant, le dramaturge israélien engagé, Hanoch Levin,  dresse toute une critique acerbe de la société contre le jeu de la convenance sociale, contre la quête de pouvoir personnel et contre la corruption qui compromettent aisément au détriment de certains idéaux.

Comment se passent les répétitions ? Vous êtes prêts ?

FC : Prêts ? Mais pour quoi faire ? On n’est jamais prêts avant de jouer sinon c’est la catastrophe assurée ! Mais comme me le répétait ma prof de théâtre : il vaut mieux stresser de ne pas être prêts trois semaines à l’avance pour se préparer à déployer l’énergie nécessaire plutôt que d’y aller trop confiant au risque de perdre ses moyens sur scène. Le trac et la marge d’imprévu font donc parti du jeu, mieux vaut en être conscient pour pouvoir composer avec ! Et là gros challenge de la semaine pour jouer notre première à Angoulême devant un public qu’on ne connaît absolument pas !

HM : Les répétitions se passent tranquillement. Parfois tout le monde parle en même temps, c’est un peu l’anarchie chez les a’art chics. chacun se donne des conseils et on s’écoute tous plutôt bien. en somme je pense qu’il y a une bonne ambiance dans le groupe, moi en tout cas je m’y sens à l’aise.

A quoi t’attends-tu avec le Festival ?

FC : De la surprise, de la complicité et surtout beaucoup d‘énergie ! Que ce soit entre acteurs, mais aussi avec le public. Plus on donne avec l’envie de partager, plus le public donne en retour ce qui est très porteur pour l’acteur sur scène qui n’aura alors qu’une envie : se dépasser. J’espère que chacun d’entre nous pourra ressentir cette sensation si particulière le 15 avril aux Salons de Blossac où nous vous attendons très nombreux !

Pour toi il existe un lien entre Théâtre et Politique ?

Oula, grande question et quelques lignes ne suffiront jamais mais oui, pour moi le lien est évident. Car le théâtre cherche à faire, c’est une représentation de la société par laquelle il va pouvoir accentuer certains traits de la réalité grâce au miroir déformant de la mise en scène où tout est possible. En partant d’une observation, le théâtre va lui donner vie en se détachant des codes qui cloisonnent notre interprétation et en lui donnant un autre angle qui peut alors faire écho dans les aspirations de la société. Il ne s’agit pas de représenter le réel mais de révéler le vrai qui se cache dans les interstices des interactions humaines. Et le politique, c’est quoi ? C’est justement réguler ces interactions humaines pour organiser la vie en société. Donc oui le théâtre peut être porteur de sens et d’inspiration pour le politique, même si cela n’en ait pas là son unique visée.

Des petites anecdotes par rapports à la préparation ?

HC : anecdotes…. aujourd’hui c’est lundi de pâques alors on va tous amener des chocolats à la répèt… il devrait y avoir des anecdotes plus intéressantes mais je n’ai pas vraiment d’idée… ah oui! à un moment de la pièce, je dois prendre mon mari par la nuque et le faire s’agenouiller en lui gueulant, et ça ça m’amuse vraiment, parce que dans la vraie vie, je ne fais jamais ça. du coup ce rôle me donne la liberté d’être une connasse. et c’est vraiment cool.

FC : Quel genre d’anecdotes souhaitez-vous que je vous raconte ? Je parlerais bien de la laborieuse préparation d’une choré magnifique (Ya tu Sabes pourra en témoigner !)  sur des rythmes israéliens entraînants ? J’en aurai bien d’autres mais on vous garde des surprises et l’aventure reste à suivre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s