Voir la politique sous une autre optique: les arts visuels au Festival

Si les arts visuels semblent avoir été longtemps négligés dans notre campus au profit des arts du spectacle tels que la danse ou le théâtre, il est indéniable que ceux-ci ont pris leur envol cette année, grâce notamment à la création d’un projet collectif pour encourager la création dans le domaine des arts plastiques. Il ne semble donc comme naturel que les arts visuels aient revendiqué cette année toute la place qui leur ait du au Festival Art et Politique: pour la première fois, cette édition comportera une exposition qui leur est dédiée complètement, mêlant dessin, peinture et photographie, sans exclure le cinéma, qui jouit déjà d’une expression significative dans le campus grâce à Cinedixion. Nous avons rencontré les artistes pour savoir ce qu’ils nous préparent dans le cadre de cette exposition.

Encourager les arts visuels dans le campus

Le but de cette exposition est de réunir le plus de points de vue possible autour d’un thème transversal.” nous explique Marie Devy, membre du BDA en charge de l’organisation de cette exposition. Elle a ainsi cherché à créer une exposition éclectique, de façon à ce que chacun y trouve un espace d’expression, indépendamment du moyen utilisé.

L’idée était bien évidemment de mettre les arts plastiques à l’honneur, trop longtemps oubliés au sein des festivals précédents: il parait en effet difficile de passer sous silence une frange si fondamentale du domaine artistique, et qui plus est possède une telle potentialité d’expression lorsqu’on a un message à faire passer. “Personnellement quand on me parle d’art, je pense immédiatement et de façon naturelle aux arts visuels et je pense que c’est le cas de pas mal de personnes dans la rue. Cela ne veut pas dire que les autres disciplines ne comptent pas, au contraire elles sont tout aussi importante, mais je pense qu’il était essentiel de remettre l’art plastique dans la lumière, au moins sur ce campus, parce qu’ailleurs il brille déjà de mille feux.” renchérit Marie.

Ouvrir de nouvelles interprétations du thème

L’objectif de l’exposition a donc toujours été de laisser l’interprétation du thème assez ouverte, permettant à l’artiste de l’interpréter à son gré. Jeunesse et révolte étant deux concepts très larges, s’ouvrent ainsi aux artistes une multitude d’interprétations possibles, plus ou moins politiques et surtout plus ou moins personnelles: “Un thème dévient intéressant quand l’artiste en a pleinement pris possession, sinon on dérive vers l’oeuvre de commande et cela n’a pas exactement la même saveur. (…) Ce qui est intéressant en art plastique c’est ce voir comment l’artiste va jouer avec la ou les contraintes qu’on lui impose ou bien qu’il s’est imposé lui-même.” affirme Marie.

En exemple, on peut citer le projet lancé par Adèle Lepoutre, qui cherche à regrouper une série de photos de jeunes des quatre coins du globe de façon à montrer leur ressemblance mais aussi (et surtout) leur particularité éclatante, leur histoire: en somme, leur monde et ce qu’ils aimeraient y changer. “C’est un peu une manière de montrer que il y a des jeunes partout mais qu’on a pas tous les mêmes chances ni la même visibilité. J’aime bien l’idée aussi que le visage d’une personne à l’autre bout du monde soit exposé ici à Poitiers et vu par des gens d’ici, je pense que cette personne serait loin de l’imaginer…  C’est un peu une façon de donner une voix à ceux qui sont souvent invisibles.” affirme Adèle. Cette-fois ci dans le domaine des arts plastiques, Amandine Le Bellec compte nous proposer une nouvelle peinture, nommée “Sainte-Tolérance”. L’artiste plastique nous décrit comment elle a plutôt choisi de travailler sur ce qui l’indignait personnellement, en occurrence un de ses auto-proclamés “chevaux de bataille préférés”: le droit des minorités sexuelles. Amandine dénonce ainsi par l’art une situation qu’elle trouve non seulement intolérable mais presque absurde. “Trouvez-vous cela normal qu’aujourd’hui encore, des personnes puissent être agressées, voire assassinées, simplement sur la base de qui elles préfèrent mettre dans leur lit ?” nous lance Amandine.

Dans le domaine du cinèma, la production semble également être prolifique, puisque Cinedixion présentera cette année pas moins de trois projets différents: un documentaire titré “Et toi, pourquoi tu lèves?”, réalisé par Valérie Camargo, Ana Kuhn, Clarice Horn et Anouk Aflalo Doré et portant sur leur contribution pour un “Insider Out”, un immense projet de street art organisé par JR, éminent artiste de rue français; un premier court-métrage titré “Soledad Brother” réalisé par Andy Bernard-Moulin à partir d’un poème guatémaltéque;  et enfin un deuxième court-métrage, plus narratif, titré “Off” et réalisé par Pauline-Blanc. “Ces trois projets illustrent la motivation et l’aspiration de la jeunesse, les conflits personnels que l’elle peut avoir en elle-même, la déception de la société, allant des idées les plus simples à des pensées bien plus complexes, voir obscures.” nous explique Rafael Ponce, chef du projet collectif, qui met en relief également le côté apprentissage que ces projets ont pu représenter pour tous les élèves concernés. “Voir le produit final sur le big screen est une très belle expérience, j’espère qu’ils en profiteront au maximum.” nous confie Rafael.

L’art, en tant que outil de réflexion mais aussi de contestation et d’insoumission semble donc particulièrement vivant. Il ne nous reste à nous que d’attendre le début du Festival Art et Politique pour pouvoir s’interroger, à notre tour, sur toutes ces questions que se pose (et que conteste) aujourd’hui la jeunesse, à travers les multiples filtres que nous proposent nos artistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s