Publicités sur internet : et si c’était la seule façon d’avoir internet pour tous ?

« Vous pourrez passer cette vidéo dans 5 secondes ». Cette phrase, nous la connaissons tous. Elle est collée sur nos vidéos YouTube  et nous permet de couper cours à la vision de Jennifer Lawrence s’étalant du rouge à lèvre sur fond de musique sensuelle, pour vendre le nouveau must-have de chez Dior.

La sphère internet se pare bien souvent de publicités, de fenêtres commerciales qui s’ouvrent dès que l’on veut lire un article. Le résultat des élections catalanes est accompagné d’un jeune homme lifté avec une canette de coca-cola à la main. Le dernier chiffre du nombre de migrants accepté par l’UE est illustré par une offre promotionnelle du voyage à prix d’or pour Disneyland Paris aux vacances de la Toussaint.

Ces publicités, vous en avez marre, et certains l’ont compris.

Les Adblocks sont devenus le nouveau fonds de commerce des Grands du monde informatique. Les Adblocks, ce sont ces bloqueurs de publicités, disponibles gratuitement sur n’importe quel navigateur. Leur rôle ? Ils empêchent les campagnes publicitaires de parasiter vos lectures intellectuelles (ou non). En France, par exemple, un tiers de votre temps passé à regarder des vidéos sur internet est « adblocké » c’est-à-dire épuré de toutes les publicités qui auraient pu vous sauter au visage, illustre  Alice Antheaume sur Slate, le site de journalisme de Sciencespo. Vous qui trouviez que vous en subissiez déjà trop…

Et nous remercions tous en notre fort intérieur ces inventeurs qui nous épargnent des Nikes, Rolex, préservatifs, rouge à lèvres, serviettes hygiéniques et autres placements de produits au quotidien.

Mais le devrions-nous ?

Depuis la rentrée, les éditeurs attendent avec angoisse la nouvelle mise à jour du navigateur Safari d’Apple, qui dans sa prochaine version d’iOS (mise à jour pour iphone) offrirait la possibilité de masquer des fenêtres publicitaires,  explique Clara Schmelck dans meta media. En effet, dans un système de presse en pleine révolution numérique, internet est devenue la nouvelle plateforme de diffusion de l’information. Or, cela ne peut pas vous échapper lorsque vous ouvrez votre application « Le Monde » ou « Courrier international » que de plus en plus d’articles sont « réservés aux abonnés ». Pourquoi ? « Beaucoup de gens reçoivent notre contenu gratuitement en ligne, la publicité numérique assumant une partie des coûts », indique un porte-parole du Washington Post, dans meta media. Il justifie alors que sans la publicité, le média américain n’aurait plus les moyens de diffuser ses articles gratuitement pour inciter les gens à s’abonner.

Alors quelle solution reste aux éditeurs ? Le seul modèle économique viable pour leur journal est l’abonnement systématique du lecteur, faute de pouvoir remplacer les publicités par un autre investisseur. On tendrait alors doucement vers un internet du riche et un internet du pauvre. Seuls ceux pouvant payer leurs abonnements auraient accès aux articles et vidéos de la presse internet, puisque celle-ci ne peut plus se permettre de laisser lire ses productions gratuitement sans bénéficier du sponsor « publicité ».

L’une des solutions, ce serait une coopération raisonnée entre presse/publicité, assure Pierre Chappaz, président de la plateforme de vidéo publicitaire Teads, dans une interview de 2014 de Clara Schmelck. Pour lui, les médias devraient réguler eux-mêmes la présence de publicité sur leur site. Ainsi, quitte à perdre quelques partenaires, ils gagneraient en audience, et pourraient continuer à fournir des articles gratuits. Du moins quelques un, le temps d’attirer les lecteurs – nous, vers un abonnement à leur presse.

« Vous pourrez passer cet article dans 5 secondes ». Enfin, si vous êtes arrivés jusque-là, c’est que vous pouvez bien résister de temps en temps à une pub coca-cola pour lire ce qui vous intéresse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s