Deutsche qualitat 

On en aura entendu parler de celle-là. De cette qualité qui relègue les produits français au rang de tas de ferraille poussifs poussés à ferrailler dure pour une part congrue d’un marché malade. La qualité allemande telle que l’on nous l’offre à voir, c’est la garantie d’une droiture, d’une solidité, d’une longévité voir d’une rigidité à toute épreuve. A l’image de la politique de sa chancelière en somme : sobre, efficace et inflexible. Ce ne sont bien sur la que des clichés éculés : les allemands ne s‘associent pas forcément a l’image qui fait vendre les biens de leur production. Mais force est de constater que ce cliché fait acheter. Et qu’il a ces derniers temps, par le biais de son plus éminent représentant, sérieusement pris du plomb dans l’aile.

Le scandale Volkswagen est sans doute l’un des plus grands que l’industrie automobile ai en effet connu. Labélisé « Deutsche qualitat » par excellence, et championne européenne surpuissante dans son secteur, la marque a mis au point pour écouler ses modèles aux Etats Unis un système qui contraste du tout au tout avec son image : nombre de ses modèles ont en effet été équipés d’un logiciel permettant de réduire les émissions de gaz du véhicule juste assez longtemps pour que celui-ci puisse passer le contrôle de la « clean air act », la loi sur l’air propre aux Etats Unis. Tromperie donc. Mais pire encore pour la qualité allemande, des dégâts qui contrastent avec l’idée même de « qualité ».

Si Cynthia Giles, une des responsables de l’Agence fédérale de protection de l’environnement (EPA), citée dans le communiqué de l’agence, parle d’actes «très graves», c’est en effet à raison. Une fois le test fini, le mécanisme anti-pollution se désactive et le véhicule libère alors davantage de gaz polluants, et notamment du dioxyde d’azote ou Nox, lié à de graves maladies respiratoires dont l’asthme. L’impact environnemental va quant à lui de sois face à l’ampleur du phénomène : ce ne sont pas moins de cinq modèles appartenant à Volkswagen que les autorités américaines tiennent en joue : L’EPA a ainsi incriminé les Golf, Jetta, Passat, Beetle et Audi A3 fabriqués entre 2009 et 2015, pour un total de 480.000 véhicules touchés aux Etats-Unis. Des chiffres en somme absolument colossaux, d’autant plus frappant qu’ils concernent des modèles parmi les plus populaire chez le constructeur au W.

C’est ce que nous pensions. Mais récemment, véritable séisme médiatique : constructeur annonce que plus de 11 millions de véhicules dans le monde sont équipés du fameux logiciel de trucage. 11 millions, pour vous donner une idée, c’est un chiffre à peu près équivalent au nombre de voitures vendues en Europe en 2012. Inimaginable. Volkswagen a donc perdu le tiers de sa valeur en Bourse. Le titre a perdu près de 30% de son cours à la Bourse de Francfort en trois jours. Ce sont donc plus de 22 milliards d’euros qui se sont envolés.

Deutsch qualitat. Cette allégation qui nourrit chez les français un véritable sentiment d’infériorité. Cette maxime qui martèle inlassablement sa supériorité. Une farce. Le cas Volswagen en est d’ailleurs doublement intéressant : il permet de relativiser la supériorité industrielle Allemande au jour de sa ponctuelle malhonnêteté. Mais il permet surtout d’avoir un regard distancié sur la publicité : un slogan ne sera jamais une totale réalité. Mon espoir est que cesse le complexe français. La comparaison constante. Que ce scandale représente la fin d’une idéalisation contreproductive. Mais victimes collatérales du scandale, les  constructeurs qui misent gros sur le diesel subissent déjà les craintes des investisseurs. Peugeot a chuté de plus de 9% en l’espace d’une semaine et Renault a abandonné 8% de sa valeur en bourse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s