L’armée furieuse.

C’est souvent pendant les grandes catastrophes que l’on a le plus le loisir de s’engouffrer dans le trou noir et béant des idées d’autrui. Comme si l’horreur agissait  en détecteur de métal d’une terrible efficacité.

Commençons sans plus de digression l’énumération des idioties profondes que j’ai pu entendre ou voir ces derniers jours. La première, alerte rapace, m’est tombée dessus au détour de la marée des condoléances facebook. Un vieux pote du collège, ni trop con ni trop brillant à l’époque, qui marchait visiblement, comme notre Marine nationale, dans les pas d’un papa sévère et encombrant. « Vous croyiez qu’ils fuyaient la guerre ? Ils viennent la faire chez nous ». Publication brillante s’il en est, accompagnée d’une image de ces « bêtes sauvages et sanguinaires » qui accourent à nos frontières tels des hyènes se pressants autour d’un pays moribond.

La seconde ? Un autre membre de la population de mon ex établissement. Une vidéo de Lepen fille (et oui, le fou a une descendance) affublée de la mention « tout est dit ». Une vidéo dans laquelle la « belle au racisme dormant » stipule que les mesures de sécurité récentes ne sont que « des mesurettes empruntées au catalogue du front national par un état incapable de protéger sa propre population ».

Madame « Maréchal nous voilà » considère donc que la possible intrusion dans la vie privée de chacun, qui est, je le rappelle, l’un des fondements de tout état totalitaire, ne constitue pas une mesure suffisamment répressive. De même,  les près de 150 perquisitions menées ces derniers jours ne seraient qu’un coup d’épée dans l’eau, l’ensemble des individus disposant d’une « fiche S » ((pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ») devant impérativement faire l’objet d’une enquête. Chère Marine, si seulement nous avions les moyens policiers que ta présidence placée sous le sceau de la sécurité et la paranoïa ne manquerait pas de nous procurer… Chère ex collégienne que j’ai pu un jour fréquenter, si seulement on venait fouiller ta maison sans mandat pour que tu te sentes rassurée.

Et toi, ex-ami dont la cervelle était alors si vierge et influençable, était-il nécessaire que le paternel colonel de la légion étrangère ne perturbe par ses idéales sanguinaires la logique de ton jugement ? Ton invasion de sauterelles, ce sont 24 000 personnes sur les deux prochaines années. 24 000 ramenées à près de 70 millions d’habitants. Je te laisse faire le calcul.

Je ne vais pas non plus te donner intégralement tort. Un passeport syrien a bien été retrouvé sur les lieux des attentats. Mais l’amalgame que tu viens de perpétrer et tout aussi insupportable que les fameux « le musulman tue » ou encore « le juif vole ». Pour ta gouverne, le plus grand centre de radicalisation mettant en danger ton pays que tu chéris dans un malsain nationalisme, c’est la prison. Là où les cellules terroristes se rencontrent et se forment. Là où les frères Kouachi ont appris leur folie.

Ton post aura tout de même eu pour rare vertu de susciter un débat d’une importance capitale : celui de la surpopulation carcérale.

Avec une densité carcérale de 117,2 détenus pour 100 places en 2013, contre 94,2 en moyenne au sein des 48 Etats membres du Conseil de l’Europe, la France fait partie des 21 pays confrontés à une surpopulation carcérale, indique l’étude Space (Statistiques pénales annuelles du conseil de l’Europe) réalisée par l’université de Lausanne. Cette surpopulation est d’autant plus problématique qu’en plus d’un taux de suicide élevé qu’elle implique (14,4 pour 10.000 détenus en 2012), elle favorise indéniablement la promiscuité. Et la transformation de supposées centre d’incarcération en tribune pour l’islamisme sauvage. Dans les cas des attentats des Charlie Hebdo, les trois protagonistes se sont connus et radicalisés dans la prison la plus connue de France : Fleury-Mérogis.

Tel est le discours : il n’y a pas de fous islamistes sans préalable radicalisation. Car le mal ne vient pas d’une religion dont l’un des principes est « de ne pas prendre la vie ». Et je ne pense pas que parmi les 24 000 réfugiés  qui accourent à nos portes, tous aient subis pareil lavage de cerveau. Celui que notre propre système semble visiblement favoriser.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s