La culture du chanvre indien

Absente à la réunion Mural, je dois pondre l’article culture. Car personne ne veut de cette enflure, de cet article délaissé, rejeté. Se retrouver avec l’article culture c’est donc en théorie un bien grand mal. Seulement voilà, au lieu de le prendre en peine, amusons nous un chouia. Ainsi dans l’espoir de vous intéresser, je vous présente ici mes belles salades, bien ficelées, bien menées, sur la culture du chanvre indien sous serre.
Communément appelé cannabis, marie-jeanne, weed, beuh ou marijuana, le chanvre indien peut être consommé sous la forme de dénominés joints, bédots, pétards, spliffs, bud, bob, stick ou encore pet’.
Selon l’observatoire français des drogues et toxicomanies, de la consommation interactive à la relaxation, en passant par la décoration intérieure, le chanvre a déjà été consommé par 13,2 millions de français (une personne sur cinq!). Et le chiffre d’affaires annuel issu de la vente de cannabis est évalué à 832 millions d’euros. 832 millions d’euros non taxés dont l’Etat ne touche pas une miette, malgré le déficit budgétaire, le coût élevé de notre Etat d’urgence controversé et autres catastrophes politiques et économiques routinières. Sans compter l’argent perdu depuis 2005, avec les 1056 tonnes de cannabis appréhendées en France. 1056 tonnes d’herbe, souvent de qualité, non vendues et non fumées, alors que selon l’OMS 4 millions de français souffrent de stress. Je ne prétends pas convaincre qui est déjà convaincu, mais vous voyez où je veux en venir.
Actuellement en France, 200 000 français cultivent cette herbe chaque année, pour la redistribution ou tout simplement pour leur consommation personnelle, qu’il s’agisse d’un loisir ou d’une consommation de type curatif, pour calmer des douleurs ou des maladies neurologiques.
L’avantage de la culture du cannabis est que c’est une plante qui s’adapte: elle peut pousser en intérieur, en extérieur, en pot ou en terre. Ses nécessités principales sont la lumière et les nutriments. Il faut donc se procurer une lampe puissante pour que la plante puisse se nourrir de lumière la nuit, et c’est également nécessaire de lui fournir certains engrais naturels, l’idéal étant un mélange de phosphore et de potassium. Nota Bene: ne pas oublier d’aérer l’espace régulièrement pour que la plante puisse se nourrir en CO2, et si il n’y a tout de même pas assez d’aération il est nécessaire de se munir d’un filtre à charbon, qui aspire le dioxyde de carbone présent dans l’air et en nourrit la plante. Les filtres à charbon sont peu coûteux (20 euros) mais sont à renouveler chaque année.
Si tout se passe bien, dans un délai plus rapide que l’obtention d’un passeport, il est possible d’observer la floraison de la plante. Et c’est ainsi que chaque année en France 90 000 personnes sont interpellées pour usage ou cultivation de Cannabis. La peine encourue peut aller jusqu’à un an de prison si on a pas les moyens de payer ce qui peut aller jusqu’à 3750 euros d’amende, un an pendant lequel on ne travaille pas et on mange, boit et dort aux coûts de l’Etat. Jugez en ce que vous voulez. A bientôt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s