Mon voyage, leur mutisme

Millions de stupas dorés bouddhistes, Moines extrémistes
130 peuples historiques, Nettoyage ethnique
Sympathie, Islamophobie
Prix Nobel de la paix, Exécutions que l’on tait
Solidarité, Peuple persécuté
52 millions d’habitants, 676 578 km2, le Myanmar, paradis touristique et enfer pour les minorités ethniques est un pays plein de contrastes.
Comment le décrire, après l’avoir visité, autrement que par des adjectifs mélioratifs : accueillant, percutant, épatant, attachant ? Pourtant, dans ce pays aux mille merveilles, se déroule un drame encore méconnu il y a quelques semaines et qui dure pourtant depuis plusieurs années. Les Rohingyas, minorité musulmane du Myanmar, sont victimes depuis des décennies de discriminations de la part de l’armée birmane, qui sont très peu médiatisées en Occident. Ces ségrégations ont ressurgi récemment, à cause d’attaques de postes frontière birmans par des rebelles de l’Armée du salut des Rohingyas d’Arakan, voulant dénoncer leurs droits bafoués par la junte militaire. Aujourd’hui plus de 410 000 membres de cette communauté musulmane ont été forcés à l’exil.
Le Myanmar, nom officiel donné par le pouvoir dictatorial en place en 1989 à celle que l’on appelait Birmanie, est devenu indépendant du Royaume-Uni en 1948. Il est aujourd’hui dirigé par un gouvernement transitoire civil dirigé par Htin Kyaw, compagnon de dissidence d’Aung San Suu Kyi, mais l’armée, institution toute-puissante conserve la direction des ministères-clés et dispose d’un quota automatique de 25 % de sièges réservés au Parlement. Le Myanmar regroupe plus de 130 ethnies différentes possédant chacune une langue et une culture propre. 90 % de la population est de confession bouddhiste, tandis que respectivement 6 et 4% de la population sont de confession chrétienne et musulmane.
Cette richesse culturelle se traduit pour un touriste étranger par de magnifiques monuments à contempler, des dizaines de plats délicieux à déguster, une multitude de vêtements traditionnaux hétéroclites à photographier et des milliers de regards à croiser, de sourires à partager.
Mais pour les Rohingyas leur richesse culturelle est la raison pour laquelle il leur est interdit de voyager sans autorisation, de travailler en dehors de leurs villages, de fréquenter les mêmes écoles que les autres enfants, de se marier sans l’autorisation de la junte militaire, d’avoir plus de deux enfants mais aussi par la négation de leur citoyenneté birmane et leur marginalisation politique.
L’omniprésence de la religion au Myanmar se traduit pour un touriste étranger par des millions de pagodes à admirer, de multiples prières dans différentes langues à écouter et une ferveur religieuse surréaliste à observer.
Mais pour les Rohingyas ne pas croire en la même chose que la majorité des birmans se traduit par la destruction de leurs mosquées, la peur que suscite leur religion, leur privation de nourriture et de soins, leurs persécutions quotidiennes, par le viol de leurs femmes, le meurtre de leurs parents, l’exode de leurs familles, leur vie, parqués dans des camps de misère au Bangladesh.
Mon voyage au Myanmar, riche en rencontres, en sourires, en accueils chaleureux, mais pauvre en discussions politiques avec les locaux, ayant peur de la répression, ne m’a pas donné l’occasion d’apercevoir des indices sur le sort des milliers de Rohingyas vivants, ou plutôt survivants, terrés dans des camps à la frontière du Bangladesh.
J’ai aperçu dans toutes les maisons où je suis entrée des photos de Aung San Suu Kyi côtoyant celles de la junte militaire ; alors que cette dernière est responsable de ce nettoyage ethnique et que Aung San Suu Kyi, lauréate du Prix Nobel de la Paix et dont le parti est actuellement au pouvoir, ne peut politiquement pas s’opposer à l’armée avec qui elle partage le pouvoir.
Découverte, Invisibilité
Idéalisation, Processus d’épuration
Rencontres et amitiés, Assassinés et rejetés
Paradis touristique, Enfer des minorités ethniques

-Maëlys Renoux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s